Joe Basianga, l’ultime sacrifice

Inspirée de la saga James Bond mais aussi la série américaine 24H Chrono, cette fiction policière à rebondissement, mêlant espionnage et humour grinçant, relate l'itinéraire d'un ex-tueur à gages de la CIA doté d'un pouvoir hors du commun, formé et endoctriné par deux experts en art martiaux. Leur but commun est d'anéantir la Francafrique

Disponibilité : En stock

19,99€ TTC

Version PAPIER   Amazon

ISBN : 978-1096287537
Pages : 540


Version EBOOK : 4,99€  Kindle


Auteur

ArmendingDernier né d’une famille de trois enfants, j’ai vu le jour le 23 décembre 1967 à L’Haÿ-Les-Roses dans le Val-de-Marne en France.

Enfant d’un couple de diplomates africains, j’ai très tôt été amené à voyager et plus particulièrement en Afrique....

(cliquez sur son nom pour en savoir plus : interview, réseaux sociaux, autres livres, contact...)

Patrick Armerding

Description du livre

« Tout petit déjà, je m’étais rendu compte que j’avais un don : le pouvoir de paralyser toute forme de vie rien qu’en la touchant. Le seul souci pour moi résidait dans l’apprentissage de son contrôle après avoir été témoin de ce qui allait devenir le plus profond traumatisme de mon existence : l’assassinat de mes parents le jour de mes neuf ans ».

« Joe Basianga, l’ultime sacrifice », est le premier tome d’une trilogie mêlant espionnage, action, amour, humour, politique et aventure. Cette fiction policière relate l’itinéraire d’un ex-tueur à gages de la CIA doté d’un pouvoir hors du commun, vouant une passion sans bornes pour James Bond, fermement décidé à mettre ses talents au service du bien de l’Humanité.

Les chroniques sur le livre

 Un premier tome surprenant qui ne laisse pas indifférent.

16/20

« L’ultime sacrifice » n’est pas à mettre entre toutes les mains. Il y a des scènes de violence avec de la torture et de l’hémoglobine, un peu d’érotisme aussi. Ce qui restreint à mon sens le lectorat aux lecteurs d’au moins 16 ans.
Le pouvoir particulier de Joe (à vous de découvrir lequel) est en revanche très intéressant. J’ai beaucoup apprécié le côté spirituel aussi.

Merci à Sandrine Decroix pour cette chronique à lire ici : https://www.facebook.com/sandrine.decroix.parot/posts/10206152558049403

 Une intrigue originale et captivante

14/20

 J'ai beaucoup aimé les scènes d'action, et le fait qu'il y avait d'autres ambiances plus posées, plus spirituelles, ce qui apportait un contraste vraiment positif.

Pour ce qui est de la fin de ce tome, elle laisse un énorme suspense et j'ai hâte de pouvoir lire la suite !

Pour lire la suite : https://www.instagram.com/p/Byx1oTAoKFl/?igshid=1duf2mq3vm58v

 Une rencontre d'un James Bond à la mode Congolaise !

17/20

Un roman qui mélange humour et action avec une touche d’érotisme, tout en voyageant en Asie et en Europe, entre les années 1970 et 2019.

https://perduedansmeslivres.wordpress.com/2019/06/20/joe-basianga-lultime-sacrifice-patrick-armerding/

Les chroniques sur le livre

 Un roman plein d'actiuons, fan de James Bond accrochez-vous !

14/20

Les rebondissements étaient au rendez-vous, les intrigues n’en finissaient plus et permettaient aux lecteurs de réfléchir en menant leurs propres investigations tout au fil de leur lecture. Je tiens encore une fois à féliciter l’auteur pour son travail autour de son roman car je suis certaine qu’il a dû passer de nombreuses heures à faire des recherches car c’était tellement précis par moment que sincèrement sans, cela aurait été impossible. 

https://lacoccilectrice.wordpress.com/2019/06/24/52-joe-basianga-t1-de-patrick-armerding/

 Un livre bien construit

10/20

On ne peut pas reprocher à l’auteur son manque de travail : son livre est ordonné et construit, les intrigues sont plutôt bien ficelées. Le problème, c’est le trop : trop de choses se passent, trop d’informations qui donnent beaucoup de longueur. Le lecteur se retrouve noyé sous la masse d’information et de péripéties.

Au moins, on ne s’ennuie pas, si on parvient à entrer dans l’histoire.

https://freelfe.blogspot.com/2019/07/joe-basianga-tome-1-lultime-sacrifice.html

 

VERSION PAPIER

Amazon

19,99€

 VERSION EBOOK

Kindle

4,99€

 

Vous souhaitez contacter l'auteur

Vous êtes chroniqueur, chroniqueuse, journaliste... et vous voulez contacter l'auteur pour une interview ou une chronique ?

N'hésitez pas à nous contacter pour recevoir un dossier de presse ou pour obtenir un rendez-vous avec l'auteur.

  • 1 vote. Moyenne 4 sur 5.

Commentaires

  • Decroix Sandrine
    Je remercie Simplement Pro ainsi que l'auteur et Wibibook, pour l'envoi de l'ouvrage.
    Patrick Armmerding nous plonge dans un récit d'espionnage où Joe Basianga, un ex-tueur à gage de la CIA nous entraîne dans une quête peu ordinaire.
    Rescapé du massacre de ses parents, il a été recueilli par son oncle et sa tante. Nous suivons son initiation dans des flashs back de son passé ainsi que son désir de vengeance pour les siens. De son défunt père, il a hérité une dévotion quasi-totale à James Bond et aime à la moindre occasion refaire des scènes de ses films culte. Au point de se présenter à sa manière :
    « Je m’appelle Basianga. Joe Basianga »
    La trame est bien menée même si parfois cela manque un peu de transitions entres ses retours en arrière et les moments présents.
    « L’ultime sacrifice » n’est pas à mettre entre toutes les mains. Il y a des scènes de violence avec de la torture et de l’hémoglobine, un peu d’érotisme aussi. Ce qui restreint à mon sens le lectorat aux lecteurs d’au moins 16 ans.
    Le pouvoir particulier de Joe (à vous de découvrir lequel) est e revanche très intéressant. J’ai beaucoup apprécié le côté spirituel aussi.
    Si Joe au départ est un gentil garçon qui veut bien faire, on le voit glisser sur des chemins très sombres où il peut tabasser une femme de sang-froid, abuser d’elle (manipulée, Olga n’a aucuns souvenirs des rapports avec lui) ou même faire exploser tout un commando armé (certes de djihadistes) sans ciller. Il est un peu dépeint comme un homme tout puissant (surtout avec son pouvoir) capable de tout. Pour autant n’a-t-il réellement aucune conscience, ni aucun sentiment ? Sans doute Ayélé parviendra-t-elle à le ramener à son humanité… à vous de le découvrir.
    La fin qui appelle au deuxième tome le laisse dans une position périlleuse. S’en sortira-t-il ? Il faudra le découvrir dans le prochain tome.
    Les bémols :
    Les références un peu trop répétitives à James Bond casse parfois la lecture. Cela peut agacer les lecteurs « non accro », et même pour ceux qui connaissent et aiment bien, le surplus de références peut entrainer une saturation.
    Joe Basianga peut apparaître aux yeux de certains comme un bel homme puissant, qui sait tout faire, se sort toujours des situations les plus compliquées, qui peut se permettre d’assouvir les désirs de ses dames, la précision de ses 30 centimètres n’a, à mon sens, rien à faire dans un roman d’espionnage, même si l’érotisme ne me dérange pas le moins du monde.
    En bref : un premier tome surprenant qui ne laisse pas indifférent.

Ajouter un commentaire